skip to Main Content
01 30 09 68 60  contact@intermedia78.fr
Comité Fantastique Février 2018 Vésinet

Comité Fantastique Février 2018 Vésinet

Ci dessous en PDF:

Comité Imaginaire du 1er février 2018

Et en détail ici:

Dynastie t. 3 : x d’Ilona Andrews.- Paris, J’ai lu, 2017.- p. ISBN :
9782290107706
Une nouvelle attend Nevada, Rynda Sherwood, l’ex-fiancée de Rogan
est à la recherche de son mari disparu.
Ce troisième tome propose une première fin de partie à la série
Dynastie. Le quatrième tome n’est toujours pas paru aux États-Unis.
L’intrigue est très bien construite. Le complot organisé autour de la
cousine de Rogan est de plus en plus clair. Les personnages continuent
à s’épanouir et à prendre de l’ampleur, en particulier les personnages
secondaires. Bref, une excellente suite qui donne vraiment envie de lire
le prochain tome.
Coup de coeur
Melena Sanders t. 1 : Hantée par les ténèbres de Susn Illene.- Pau,
MxM Bookmark, 2016.- 361 p. ISBN : 9782375740187
Melen Sanders, ex-militaire, est une sensible. Elle peut sentir les
créatures magiques. Les personnes comme elles sont particulièrement
en dangers car les personnes surnaturels voudraient les voir
disparaitre…
Melena Sanders est une série de bit-lit plaisante. Bien qu’elle souffre
de la comparaison avec Patricia Briggs, Ilona Andrews et Cassandra
O’Donnell, cela reste un bon divertissement. L’intrigue est accrocheuse
même si de nombreux éléments permettent de deviner ce qu’il va suivre.
Les personnages sont plutôt bien campés. L’univers est cohérent. Bref,
un lecture plutôt réussi. À voir pour les tomes suivants.
Bon divertissement
24 vues du mont Fuji, par Hokusai de Roger Zelazny.- Saint
Mammès, Le Belial, 2017.- 126 p. ISBN : 9782843449246
Mari est venu faire son deuil au Japon suite à la disparition de son
époux. Elle se promène en suivant Les Vues du mont Fuji par Hokusai.
Chaque étape correspond à une estampe. Mais les choses ne sont pas
vraiment ce qu’elles paraissent au premier abord.
Cette nouvelle est étonnante. L’intrigue est très diffuse au début et
prend petit à petit forme. L’histoire m’a vraiment fait penser au film
Transcendance avec Johnny Deep (en beaucoup mieux). Le thème
central tourne autour de la deshumanisation du mari de Mari à partir
du moment où son esprit est partie dans les ordinateurs. Le décor est
vraiment ancré dans le Japon et les estampes d’Hokusai. Si on ne connait rien sur ces deux
sujets, le livre risque d’être assez hermétique. Les personnages sont, comme l’ambiance, assez
diffus et prennent forment par touches. Bref, un livre étonnant à réserver à des lecteurs
confirmés.
Bertram le baladin de Camille Leboulanger.- Rennes, Critic, 2017.-
283 p. ISBN : 9782375790298
Dans un univers où la technique du papier à disparu, les gens ne peuvent
plus écrire. Du coup, l’Histoire se transmet graces aux baladins de la
Guilde des musiciens qui vont de villes en villes, écouter les histoires et
les transmettre en chansons. Bertram le baladin est un célèbre musicien
de la Guilde. Malheureusement, il vient de se faire voler son luth et va
tout faire pour le récupérer.
Bertram le Baladin a été pour moi une surprise. À plusieurs moment j’ai
été, chose rare, surprise par l’évolution de l’histoire ou même par les
personnages. Les héros, Bertram et Sans-Nom sont originaux,
charismatiques, et leur histoire personnelle est à la fois surprenante, touchante et
définitivement crédible. Les personnages secondaires sont bien travaillés. L’univers est un
univers médiéval classique dans magie mais qui ne manque pas de charme. Le thème de la
musique est vraiment bien utilisé, traité et mis en valeur. L’écriture est simple et assez poétique.
Le lecteur est facilement emporté par ce livre, qui parlera à tous les types de publics.
Coup de coeur

À ma vie à ta mort de Sandra Triname.- Plume blanche
« Recouvert de symboles grecs faisant référence à Hadès, un corps mutilé et
désormais inidentifiable, est retrouvé dans une cave à New York. Jeune flic
fraichement sorti de l’école de police, Mike Sullivan se retrouve chargé de
cette affaire qui le mènera jusqu’au pied du World Trade Center, ce terrible
jour du 11 septembre 2001.
Une fois son bras vengeur lancé et bien que la faucheuse soit belle à couper
le souffle, rien ne peut la stopper.
Instrument du Destin ou de la Mort elle-même, Mike devra résoudre cette
affaire en empruntant des sentiers dont personne ne revient jamais. »
L’histoire se déroule en deux parties, la première est une enquête policière sur le meurtre d’une jeune
femme dans un style classique actuel, avec une équipe composé d’un vieux flic et d’un bleu qui vont
devoir mener l’enquête. Dans une seconde partie, on voit enfin apparaitre clairement le côté
fantastique et on retrouve notre jeune femme assassinée qui est devenue une faucheuse mais qui a
gardé son désir de vengeance vis-à-vis de son assassin.
L’histoire est bien menée et captivante et la séparation distincte entre les deux parties, bien qu’elle
puisse troublée un peu au début, est intéressante dans son concept. À découvrir
Justine Gendron – Saint-Germain-en-Laye
justine.gendron@saintgermainenlaye.fr
Comité du 1er février 2018
Les yeux, de Slimane-Baptiste Berhoun
Bragelonne, L’ombre
979-10-281-0416-0, 20 euros
Paru le 15 novembre 2017
Résumé :
Dans l’asile de l’Orme, une grande bâtisse lugubre construite tout en
haut du plateau, des morts étranges et violentes ont lieu, dont
personne ne se soucie, ni la gendarmerie, ni les réducteurs de tête de
Paris. Le psychochirurgien qui dirige les affaires médicales de
l’établissement voit d’un mauvais oeil la présence d’une disciple de
Lacan trop curieuse qui fouille les dossiers de ses malades.
Mon avis :
Un hôpital psy de campagne dans les années 50, très bon décor pour un thriller fantastique. L’auteur
imagine les petites anecdotes qu’il faut pour nous plonger dans l’atmosphère. Sombre, mais toujours
à la limite du cocasse.
Les personnages sont un peu caricaturaux mais il est plaisant de suivre leurs pensées, où l’auteur
aime à glisser l’humour qu’il ne s’autorise pas sur le sujet.
L’intrigue semble complexe à première vue mais la structure est telle que l’on suit très bien. Une
jeune élève de Lacan vient étudier un cas rare qui réside à l’Orme. Cela pour résoudre une enquête
sur un meurtre atroce qui a eu lieu des années auparavant à Paris. Mais elle constate rapidement
que les patients de l’Orme présentent des symptômes étranges et qu’ils parlent tous d’une ombre
qui les menace… Elle enquête malgré l’animosité du psychochirurgien.
Pas un grand roman mais lecture agréable et prenante !

Godblind, tome 1 / Anna Stephens Ed. Bragelonne, 2017.
473 p. – ISBN : 979-10-281-0391-0. 28 €
Résumé : Depuis des millénaires, les Mirécés adorent les
dieux rouges assoiffés de sang. Bannis des terres fertiles du
Rilpor, ils vivent à la dure dans les montagnes glacées.
Mais leur nouveau roi planifie l’invasion de leur pays
d’origine… alors que le prince de Rilpor, qui conspire contre
son père dont il convoite le trône, se tourne à son tour vers
les sinistres rituels des Dieux Rouges. Dom Templeson fait
partie des Sentinelles qui veillent sur la frontière. C’est
aussi le devin le plus puissant que l’on ait vu depuis des
générations. Et il cache de sombres secrets qui risquent
d’être révélés le jour où Rillirin, une esclave mirécès en
fuite, fait irruption dans son village, blessée et à bout de
forces. Grâce à leurs dons comme à leurs liens avec l’ennemi, Dom et Rillirin pourront-ils
sauver le Rilpor de la guerre qui s’annonce ?
Ma Critique : Lecture décevante, et ce pour plusieurs raisons : un univers trop classique, avec
des « méchants » fanatiques, adorateurs de divinités sanglantes, dont les hordes sauvages
envahissent un royaume prospère, des trahisons au plus haut niveau de l’Etat, etc… Un
découpage du roman en petits chapitres (parfois 2-3 pages) dédiés à un des (trop ?) nombreux
personnages, hachant la lecture et rendant l’histoire peu compréhensible. Un style littéraire
très pauvre, où le dialogue domine, où les mêmes formules reviennent souvent… Et l’univers
n’est pas convaincant : un monde médiéval-fantastique (des épées, des armures, des arcs et
flèches, des sièges) mais étonnamment une armée plus proche de l’organisation moderne
(grades, carrière, tactiques, etc…) que de l’ost médiévale (absence de la noblesse,
déplacements lents), des connaissances en médecine qui ne cadrent pas (microbes, etc…).
L’action est au moins bien présente, surtout dans le dernier quart du roman. Il y a également
quelques points plus originaux, comme l’existence d’une relation homosexuels entre deux
protagonistes, mais peu ou mal exploité dans ce tome 1.
Une lecture dispensable tant elle n’est pas agréable.
Sous le soleil de cendres/ Claire et Robert Belmas.
Scrineo, 2017.
308 p. ISBN : 978-2-3674-0532-2. 21€
Résumé : XXIIIe siècle. Après des années de guerres et de
catastrophes climatiques qui ont décimé l’humanité,
l’Instance, une société pacifique fondée sur des notions
d’humanisme et d’écologie, a vu le jour. La criminalité n’y
existe pas, aussi lorsque quatre éminents scientifiques sont
assassinés en Haute-Occitanie, l’Instance mandate sa
meilleure enquêtrice, Lyla Tran-Dinh.
La jeune femme constate rapidement des tensions
inhabituelles au sein de la communauté… Cela a-t-il un
rapport avec l’apparition inexpliquée d’un Soleil de Cendres dans le ciel ? Lyla est loin de
soupçonner les abîmes vertigineux qui vont s’ouvrir sous ses pieds… Elle n’a pas de pistes
sérieuses. Sur qui peut-elle s’appuyer ? Sur Erad Guzlan, un ami de son père, sur Janet Estevan,
son assistante ? En Haute-Occitanie, le cauchemar ne fait que commencer !
Ma critique : Un premier constat, après le roman précédent : Sous le soleil des cendres
possède un style, une forme littéraire convaincante. Est-ce le fait qu’il ne soit pas traduit ?
Cela tient-il aux auteurs ? En tout cas c’est fort agréable !
Dès les premières pages, le lecteur est plongé dans un univers dense. Il possède son lot de
technologies futuristes relativement proche de nous et crédibles, monorail, « unit » (sorte de
smartphone miniaturisé servant à la communication, le guidage, l’information et surnommé
Oncle Hô pour l’héroïne) tuiles photovoltaïques, etc…
Mais il s’agit là de biais pour immerger le lecteur dans un autre monde, post-apocalyptique.
Après les Siècles noirs qui a vu l’Homme créer les armes les plus folles et provoquer des
catastrophes importantes sur Terre, l’Instance mondiale veille à un développement
harmonieux, où les mégapoles ont cédées la place à des réseaux de villes de taille moyenne,
où l’Homme est placé au centre de tout. Cette Instance se charge également de la surveillance
de la zone polluée, « Le Stigmate » et des hommes qui y vivent : les bannis.
Et dans ce monde d’apparence pacifique, nous suivons une enquête policière haletante, après
que plusieurs meurtres de scientifiques aient été commis…
Petit bémol, certains aspects de l’univers (techniques, sociaux, politiques) ne sont pas
expliqués immédiatement et il faut plusieurs pages avant de saisir ce qu’ils sont réellement

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top
×Close search
Rechercher